DRLSO/CNPS: 27 nouveaux agents de poursuites prêtent serment

La nouvelle cuvée de spécialistes du recouvrement forcé des cotisations sociales a satisfait au rituel de la prestation de serment qu’exige la fonction, le mercredi, 16 juin 2021.

Dès 7h30, parents, conjoints, amis et enfants des 27 cadres et chefs de centres de la direction régionale du Littoral et du Sud-Ouest (DRLSO), venus prêter serment en qualité de nouveaux agents de poursuites et d’exécutions forcées, étaient présents à l’esplanade du Tribunal de première instance de Bonanjo. Sur les escaliers menant à la salle d’audience, le chef de centre de Douala-Bonanjo, Béatrice Saïda, a tenu à saluer l’initiative du top-management : « C’est l’occasion de remercier la haute hiérarchie pour cette autre marque de confiance, nous permettant de contribuer plus efficacement au recouvrement des créances ».

L’audience civile solennelle quant à elle, a commencé à 10h, sous la conduite du président du Tribunal de première instance de Bonanjo, qu’accompagnaient le procureur de la République et un greffier, pour une durée de 45 minutes.

SERMENT2

Les attentes ont été rappelées à chacun des nouveaux agents de poursuite et d’exécutions forcées des créances de sécurité sociale, et donc, porteurs des contraintes délivrées par l'organisme, dans le cadre du recouvrement forcé des cotisations sociales. Afin que nul n’en ignore. Ils ont désormais la qualité, au nom du directeur général de la CNPS, pour l'accomplissement de tout acte prescrit par la loi, à l’instar de la notification des avis de mise en recouvrement, des avis de mise en demeure, des rapports de contrôle, la signification des contraintes et de tous les actes de procédure nécessaires pour leur exécution, tout comme le recouvrement des titres impayés.

SERMENT1

De quoi amener Herminette Yatchou, de la nouvelle cuvée des agents de poursuites et d’exécution forcées, à « redoubler d’ardeur au travail, pour l’atteinte des résultats, dans le professionnalisme et le strict respect des procédures ». Le DRLSO, Jean Paul Biboum, quant à lui, est très optimiste : « Cette nouvelle  cuvée, constituée d'expertises diversifiées, viendra combler définitivement l'insuffisance en acteurs techniques opérationnels, tout en contribuant à l'intensification des actions en recouvrement forcé et encaissement des recettes auprès des employeurs,  dont la dette tourne autour de 101 milliards de F CFA à la DRLSO, dont 20% seulement encadrée par un moratoire, et également les  travailleurs et clients inactifs débiteurs des prestations sociales indûment perçues de l'ordre de 200 millions F CFA ».

Après le fameux « Je le jure », les promus doivent maintenant travailler avec discrétion,probité, intégrité et efficacité. Pour ne pas être exposés à de lourdes sanctions, en cas de malversations financières ou de manœuvres interdites par les procédures.

Last modified onvendredi, 18 juin 2021 11:01

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.