TANG Thomas

TANG Thomas

Média : Le Courrier CIPRES promeut la CNPS Cameroun

La publication de la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale, en son édition d’octobre à décembre 2018, revient abondamment sur les travaux de validation du plan stratégique de la structure pour la période 2019-2023 et la 2è réunion du comité de pilotage de la mise en œuvre du Fonds d’investissement Africain (FIA). Des travaux auxquels le directeur général de l’organisme camerounais de protection sociale, Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, a pris part.

On remarque également que la CNPS du Cameroun est à jour de ses cotisations dans le cadre du fonctionnement du FIA. Les articles sont publiés en pages 14, 15, 16 et 17 du document.

Courrier cipres N36 14

Courrier cipres N36 15

Courrier cipres N36 16

Courrier cipres N36 17

Fin d'année 2018: Le message du DG CNPS au personnel

Mes chers collaborateurs,

Au cours de l’année 2018 qui s’achève, la CNPS a poursuivi dans la sérénité, ses efforts dans la voie de la modernité. Avec, plus que jamais, engagement et détermination à relever les nombreux défis qui se dressent devant elle. Ces défis, vous les connaissez : bâtir ensemble un organisme véritablement moderne, capable d’assurer sa pérennité et de rendre à l’immédiat, un service de qualité à ses clients/usagers, en toute responsabilité sociale.

C’est ce que nous appelons légitimement, des défis permanents pour la CNPS d’aujourd’hui et de demain, une entreprise qui doit, en toute circonstance, pouvoir assurer sa mission première, à savoir la couverture sociale totale et complète des travailleurs camerounais.

Ces défis se sont exprimés en 2018 avec plus d’acuité, dans un contexte tout à fait particulier. Comme vous le savez, 2018 a été la première année de démarrage de notre troisième plan stratégique 2018-2022, axé, pour l’essentiel, sur l’amélioration de la qualité de service et la consolidation de notre puissance financière. Une année charnière dans la vie et le fonctionnement de la CNPS. Une année au cours de laquelle nous entendions, par nos performances et nos résultats, apporter une fois encore la preuve de notre détermination et de notre ambition de faire de la CNPS une entreprise au sens complet du terme, c’est-à-dire, un organisme irréductiblement tourné vers l’efficacité opérationnelle, la qualité de service, l’efficience, l’innovation…

Je n’aurais de cesse à le redire, notre ambition première et ultime est de rendre à nos clients, nos véritables patrons, un service de qualité et à l’immédiat. Cette ambition doit rester notre marque de fabrique, notre ADN. Ses effets les plus visibles dans tous les services de la CNPS sont : le raccourcissement des délais de traitement des dossiers, l’allègement des procédures métiers, l’agrandissement et la rentabilisation de notre patrimoine et des placements, l’optimisation de nos ressources informationnelles, l’amélioration des processus organisationnels et du contrôle interne, la polyvalence des personnels, la gestion efficiente des ressources humaines, financières et matérielles, la décentralisation des activités métiers, la digitalisation…

Avons-nous, en 2018, progressé sur tous ces chantiers, à la grande satisfaction des assurés sociaux ? Je crois pouvoir répondre par l’affirmative, même si je reste convaincu de ce que nos capacités nous permettent de faire plus et mieux. L’analyse de nos performances et de nos résultats, à quelques exceptions près, incline à l’optimisme. Nous avons fait d’énormes progrès sur tous les chantiers, à la grande satisfaction des assurés sociaux.

Mais pouvait-il vraiment en être autrement, dès lors que, en 2017, nous avions déjà placé la barre à un niveau aussi élevé ? L’histoire retiendra en effet que c’est en 2017 que la CNPS a réalisé un résultat net historique de 54,3 milliards de francs CFA. Une performance financière en nette amélioration des 43,7 milliards de francs CFA et tout aussi historique déjà réalisé au cours de l’exercice 2016 !

L’histoire retiendra aussi qu’en 2017, la CNPS du Cameroun a été hissée sur le toit de la performance continentale en matière de sécurité sociale, par l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS). Les sept Prix décernés à notre organisme, auxquels s’est ajouté le certificat d’excellence en matière de qualité de service, appelaient de la part de chacun d’entre nous, plus d’efficacité, plus d’abnégation au travail, plus d’ingéniosité, de promptitude, de professionnalisme et de disponibilité dans le service que nous sommes amenés à rendre à nos usagers et à nos clients.

dgdecla

2018 aura également été marquée par la poursuite des réformes historiques impulsées par le chef de l’Etat, dans le sens de l’amélioration et de la modernisation du système camerounais de sécurité sociale. Le 07 juin 2018, le président de la République a signé le décret N°2018/354 portant réorganisation et fonctionnement de la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNPS). Un texte historique qui a eu pour effet immédiat, entre autres, de fluidifier la gestion de la CNPS, en l’affranchissant de certaines lourdeurs bureaucratiques et autres pratiques malsaines et corruptrices d’instances jusque-là actives au sein de l’organisme. Ainsi, nous payons désormais nos prestataires en moins de sept jours (en réalité en 48 heures), après le dépôt de leurs dossiers complets. Cette performance n’existe nulle part ailleurs dans notre pays et en Afrique, y compris dans le secteur privé. Nous pouvons par conséquent être plus exigeants envers ceux-ci sur la qualité des prestations et fournitures que sur les prix pratiqués.

Mes chers collaborateurs, les indicateurs de gestion de notre organisme sont au vert. Grâce aux réformes apportées à la CNPS par le chef de l’Etat, la CNPS se porte bien et peut envisager l’avenir avec confiance et sérénité. La solidité financière de la CNPS autorise des espoirs en termes de relèvement des pensions anciennes voulu par le président Paul Biya, dans l’objectif de continuer à améliorer davantage les conditions de vie des retraités. La CNPS est engagée sur ce chantier, en synergie avec le gouvernement.

Notre organisme doit pouvoir en toute circonstance, assurer pleinement les missions pour lesquelles il a été créé. C’est la raison pour laquelle nous travaillons à sa pérennisation et à sa solidité financière, par la réalisation de nombreux investissements à forte valeur ajoutée. C’est aussi la raison pour laquelle nous mettons un point d’honneur à intégrer dans notre gestion, des notions de gouvernances telles que discipline, rigueur et efficience budgétaires, juste prix, utilité de la dépense, transparence dans la passation des marchés publics…

Bien entendu, c’est grâce à un grand nombre d’entre vous que nous réalisons toutes ces performances qui honorent la CNPS. Vous êtes donc en droit d’attendre un retour légitime d’ascenseur. La revalorisation depuis le 1er janvier 2018 du salaire de base du personnel, de l’ordre de 5 %, après celle opérée au début de l’exercice budgétaire 2016 et la revalorisation des frais de mission, participent de la réponse adéquate, mesurée et prudente du Top-management, à la question relative à l’amélioration constante des conditions de vie et de travail du personnel. Cette réponse vient s’ajouter à une batterie d’autres avantages concernant la prise en charge médicale pour les personnels et leur famille, le paiement des primes diverses (médailles, travaux spéciaux…) et le 13ème mois.

De même, les travaux de réhabilitation complète de l’immeuble-siège ont débuté, et visent à donner à l’organisme un visage plus avenant et conforme à sa réputation établie.

dg regard prospectif

Les sacrifices financiers consentis par la CNPS ne sont pas, loin s’en faut, un chèque en blanc, une prime à la paresse, à l’inefficacité professionnelle ou à l’indiscipline. Ils doivent être considérés comme une récompense pour tous ceux qui, tout au long de l’année qui s’achève, ont fait montre de professionnalisme et d’abnégation, par leur implication dans le travail et l’accompagnement des clients.

Je saisis cette occasion pour féliciter tous ceux d’entre vous qui ont participé à la réalisation de nos missions et à l’atteinte des résultats dont nous pouvons être fiers. J’invite ceux qui tardent encore à prendre le train de la modernité de la CNPS ; ceux qui trainent le pas, à se ressaisir et à se mettre résolument au travail. Nous devons tous participer à l’accomplissement de notre mission : servir le Cameroun et les Camerounais.

L’année 2019 qui s’ouvre devant nous doit nous permettre de réaliser davantage les objectifs de notre plan stratégique. Nos défis restent et demeurent la mise en œuvre des lignes directrices de l’AISS en matière de qualité de service, de gouvernance, de modernisation et d’extension de la couverture sociale au plus grand nombre. Je sais pouvoir compter sur votre totale implication dans ce travail, pour relever ces nouveaux défis que nous impose le cycle de modernisation de la CNPS.

Le moment est maintenant venu pour moi de vous souhaiter, ainsi qu’à vos familles et à tous ceux qui vous sont chers, mes vœux les meilleurs pour 2019. Mon vœu le plus cher est que cette nouvelle année soit pour chacun d’entre vous, une année de paix, de prospérité, de santé et de grandes opportunités.

Puisse Dieu Tout Puissant vous donner l'énergie nécessaire pour participer et continuer à faire de la CNPS une entreprise moderne, capable d’assumer ses missions avec professionnalisme.

Joyeuses fêtes à tous, bonne et heureuse année 2019 !

Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame

Directeur Général

 

 

Parité homme-femme en entreprise : la CNPS respecte la norme

Alors que la résolution 1990/15 du Conseil économique et social des Nations unies appelle les organisations professionnelles notamment à adopter une représentation minimale de 30% de femmes dans leurs instances dirigeantes, et d'atteindre éventuellement la parité, la CNPS a dépassé ce quota depuis 2015. Zoom sur la question genre de 2008 à 2018 dans l’organisme.

Cela n’a pas été un long fleuve tranquille, mais les résultats sont là. Depuis dix ans, le top-management de la CNPS n’a cessé de booster l’équité professionnelle en donnant la possibilité à ses personnels des deux sexes, de contribuer à sa modernisation, par un accès aux conditions identiques à ses instances dirigeantes. L’excellence et le mérite priment. Ici, la valeur humaine, le bien le plus précieux dont une organisation puisse disposer, est entretenue, développée, motivée et fidélisée en permanence. D’où les résultats significatifs enregistrés, qui continuent de hisser la CNPS dans les standards internationaux.

dg speech ob

Parti d’un effectif de 1776 femmes pour 2 249 hommes en 2008, l’organisme compte en cette fin d’année 2018, 1 238 femmes pour 1454 hommes, soit 45% en moyenne des personnels de la CNPS. Concernant l’accès aux postes de responsabilité, la progression des femmes a pris son envol en 2011. Sur un effectif de 1564 femmes, soit 44,57% de l’effectif général, 488 (soit 40,43% des responsables au total) ont été nommées, dont 12 à des postes de direction (22,22%) cette année-là. En 2012, elles étaient 39,44% aux commandes des Directions et Centres de prévoyance sociale (Cps) ; 38,75% en 2013 (dont 28,57% de Directeurs, 38,09% de chefs de Cps et 50% de Chargées de mission); 39,25% en 2014 (dont 29,82% de directeurs et chefs de Cps) ; avant d’atteindre les 40,15% en 2015 et 40,28% en 2016. Il se dégage néanmoins une légère baisse, consécutive à la réduction des effectifs, en 2017 avec 39,89% de dames responsables, dont 25,86% aux postes de direction et Cps, et en 2018, avec 38,82% de femmes responsables au total, dont 27,59% aux postes de direction et Cps.

Une évolution constante qui traduit hautement la volonté et la sensibilité de Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame aux questions du genre. Le DG, c'est connu, a toujours favorisé la participation inclusive des femmes, non pas parce qu'elles sont des femmes, mais bien par leurs compétence et capacité à manager. Modérant le sous-thème : « Femmes, formation et information», lors d’une conférence sur le leadership de la femme, pendant la journée internationale à elle dédiée, en 2016, il avait invité la femme d’aujourd’hui à adapter sa nature et ses comportements aux réalités actuelles. « Naguère, la société était non démocratique. L’homme pouvait décider et la femme l’accompagner. Aujourd’hui, le contexte est propice aux exigences de l’environnement », avait-il rappelé. L’activité avait été organisée, dans la mouvance du « PrixTrade Union Women’s Awards » décerné en 2013 au top-management de la CNPS, pour la promotion du genre, par la Confédération camerounaise du travail (CCT).

Le problème de la parité homme-femme ne se pose véritablement plus à la CNPS, qui reste une entreprise soucieuse de la mise en œuvre des bonnes pratiques. Le leadership de la femme est une réalité. Elle est donc apte à s’adapter à toutes les contraintes sociétales actuelles. Cependant, il reste difficile de chercher à instaurer l’égalité au travail, sans qu’elle ne soit effective dans la société africaine en général, et, au sein de la famille en particulier…

Vie dans les structures de la CNPS : L’hôpital de la Caisse inaugure sa chorale

C’est au cours d’un mini concert organisé au sein de la structure, que « la voix du CHE » a été présentée à un public constitué de collègues et d’invités venus l’applaudir, le mercredi 05 décembre 2018.

Il était exactement 15h, lorsque le bruit des instruments que les musiciens accordaient, est venu un tantinet perturber le silence habituel à l’esplanade de l’ancien bâtiment de l’hôpital de la CNPS.

L’arrivée du directeur de Centre hospitalier d’Essos, le Pr Anne Esther Njom Nlend, et son adjoint, Alamine Mey, a marqué le début de la cérémonie. Après une prière « pour confier le nouveau bébé au Dieu tout puissant », le spectacle a commencé. « La voix du CHE », nom de baptême donné à la jeune chorale, s’est alors présentée au complet, sous les applaudissements du public, avec sa vingtaine de membres vêtus d’uniformes aux couleurs vert/rouge et noir.

Le public en extase a alors pu constater que « La voix du CHE » exécute avec maestria des chansons du répertoire religieux et celles dites « du monde ». C’est ainsi qu’« Avec toi » de Marthe Zambo, « Sarah » d’Anne Marie Nzié, « Zamba a balema » de John Duchant, ou encore « l’amour d’une mère » de la gabonaise Patience Dabany ont été applaudis avec une ferveur digne des spectacles grand public.

choralche4

Cette prestation de haut vol a permis de mettre en exergue un talent : Florette MadeleineNyandang Samgda, dont les passages auront plusieurs fois arraché le DCHE et son adjoint de leur fauteuil, pour esquisser quelques pas de danse et l’encourager. A la fin du show, elle a confié que « le groupe existe depuis seulement quatre mois ; nous nous entrainons les mercredis et les vendredis à la sortie du travail ». Et d’ajouter :« Nous nous sommes donné pour objectif d’animer tous les évènements heureux ou malheureux de notre direction ; mais surtout, de divertir de temps à autre le personnel, qui en a grand besoin ».

La musique adoucit les mœurs, indubitablement un peu plus en milieu hospitalier. Ce premier spectacle de « La voix du CHE » pose donc les jalons d’une nouvelle approche managériale permettant aux personnels de l’hôpital de la Caisse de joindre l’utile à l’agréable, dans le cadre de l’exécution de leurs missions quotidiennes. Ceci, pour une meilleure productivité et qualité de service à une clientèle de plus en plus nombreuse et exigeante.

  • Published in Santé
  • 0
Subscribe to this RSS feed