Centre hospitalier d'Essos (CHE) : A la pointe de la révolution médicale

Trois enfants atteints de surdité ont reçu des implants cochléaires à l'hôpital de la Caisse, du 5 au 6 février 2019. Une grande première, réalisée par le service d’oto-rhino-laryngologie (ORL) de la structure hospitalière, en collaboration avec le professeur Lefebvre, chirurgien ORL des hôpitaux de Belgique et la firme MED-EL, fabriquant d'implants cochléaires.

Sur 1000 enfants qui naissent, 05 sont sourds. Ce qui fait de la surdité, un problème de santé publique. Heureusement, au Cameroun, il est désormais possible de réhabiliter les personnes atteintes de surdités post-linguale (ndlr : ayant déjà parlé et entendu, avant de devenir sourdes) et pré-linguale (ndlr : n'ayant jamais entendu, ni parlé), notamment ceux que les prothèses auditives n'ont pas pu aider.

« Au niveau du CHE, il a été mis en place un dépistage systématique, qui permet de poser des diagnostics pour que ces personnes soient prises en charge de façon précoce. Il s’agit donc de poser des implants électroniques (cochléaires) pour la fourniture d’un certain niveau d'audition chez les patients atteints d'une surdité profonde ou sévère », explique le Dr Jean Espoir Evehe Vokwely,le chef d'unité ORL du CHE. « L’intervention prend à peu près une heure, sous anesthésie générale » ajoute le Professeur Lefebvre. Cette chirurgie est complexe et délicate : un dispositif électrique est placé à l'intérieur de l'oreille interne, pratiquement au niveau du nerf, pour capter les sons venant de l'extérieur, les transformer en influx électrique. Par la suite, le patient va subir une phase de rééducation allant de 1 à 3 ans, jusqu'à ce qu'il retrouve l’usage de la parole.

audioprothesiste rosseto 221527254710

Trois enfants, âgés respectivement de 03, 05 et 17 ans, en ont d’ailleurs fait l’expérience, dans de très bonnes conditions. Ils seront ensuite soumis à plusieurs protocoles, en trois phases, dont celle des pansements, jusqu'à cicatrisation complète ; celle des séances d'activation des implants, au bout d'un mois ; et les tests de parole, 3 mois après.

L'opération qui coûte 26 000 euros à l'étranger - soit un peu plus de 17 000 000 de FCFA -, est réalisée à un peu plus du tiers du montant au CHE, qui dispose désormais d’un microscope opératoire. Lequel vient ainsi renforcer son plateau technique et la qualité des services, faisant du centre hospitalier le seul à posséder ce dispositif au Cameroun, tout en intégrant le cercle fermé des pionniers en la matière dans toute l'Afrique francophone.

Les rendez-vous de réglages seront mensuels et trimestriels, avec des experts qui se déplacent et exercent gratuitement. Le volet social n'est pas à négliger : cette technologie médicale permettra d'éviter la stigmatisation (regard d'autrui face au langage des signes) et facilitera l'insertion sociale des anciens malades, enfin capables de s'exprimer couramment, comme s'ils n'avaient jamais souffert de surdité.

Last modified onmardi, 12 février 2019 13:50

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.