Couverture santé universelle : les scénarios possibles pour le Cameroun

Le directeur général de la CNPS a proposé des alternatives pour la mise en œuvre d’une couverture santé universelle (CSU) à la fois adaptée, efficace et pérenne.

Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame n’a pas mâché les mots, en présentant les scénarios qui s’offrent au Cameroun pour la mise en œuvre de la couverture santé universelle.

Devant les députés et les membres du gouvernement, le top-manager de l’organisme de sécurité sociale a commencé par rappeler que « tout le monde ne peut pas être considéré dans ce système de la même manière ». En effet, trois catégories de populations sont à prendre en compte : les salariés et les retraités des secteurs public et privé ; les travailleurs indépendants et du secteur informel ; enfin, les indigents et les personnes vulnérables.

A côté de cette catégorisation distincte et nécessaire, existe un problème de couverture des populations de l’ensemble du territoire, non seulement à cause d’une densité médicale d’environ 1 médecin pour 1000 habitants, mais aussi en raison du manque d’équipements et de médicaments... Des insuffisances auxquelles s’adossent des mentalités professionnelles pas toujours recommandables dans le corps médical, la bureaucratie et même la peur de la nouveauté chez des populations qui, parfois, préfèrent avoir recours à la prière ou la médecine traditionnelle.

D’où l’invite à la prudence et au pragmatisme du DG de la CNPS : «On ne peut pas mettre sur pied un système de couverture santé universelle sans étude actuarielle ». Et d’ajouter : « C’est un préalable absolu. Il faut pouvoir envisager le long terme (20-30 ans). Sans cette visibilité, il serait illusoire d’envisager un système solide ». Cette étude actuarielle permettra notamment de ressortir les modes de financement ainsi que les structures de gestion.

Concernant ces structures, justement, 4 hypothèses se présentent. La gestion par un département ministériel, même si une telle hypothèse n’est encore pratiquée dans aucun Etat de la CIPRES ; la création d’une caisse maladie, qui est l’exemple le plus répandu en Afrique francophone, mais qui ne peut pas être mis en place dans l’immédiat ; la gestion par les mutuelles de santé ne prenant en compte que leurs membres, comme au Rwanda, pour laquelle les Camerounais ne sont pas habitués ; la gestion par la CNPS, « pour la phase expérimentale uniquement », qui a l’avantage d’être expérimentée dans l’immatriculation, dispose d’hôpitaux aux plateaux techniques relevés et de praticiens bien formés, un système d’information fiable et bien huilé à travers le territoire, etc.

csu9

Reconnaissant qu’une population en bonne santé est favorable au développement économique, à la résilience et à la prospérité, le président de la République, S.E. Paul Biya a impulsé la mise en œuvre de la couverture santé universelle. Il ne reste plus qu’à trouver la bonne formule, au regard des possibilités offertes. Au vu de la complexité du projet, une implémentation progressive et maîtrisée du système en voie d’adoption est nécessaire. La prise en charge des évacuations sanitaires, par exemple, requérant une certaine maturité du système, il serait souhaitable pour l’instant de les exclure et de les laisser aux assurances privées complémentaires.

Last modified onvendredi, 16 novembre 2018 07:41

3 comments

  • Dr NKEMENI Stéphane
    Dr NKEMENI Stéphane mercredi 30 janvier 2019 12:02 Comment Link

    Si L'état pouvait valider ''la couverture de santé universel!'' Sa serait vraiment un Ouf de soulagement pour tout nos compatriotes. Surtout pour la classe sociale des plus démuni.

  • Herbert KAZE
    Herbert KAZE vendredi 16 novembre 2018 10:53 Comment Link

    L'importance d'une couverture maladie universelle n'est plus à démontrer. Le réel enjeu sera celui d'une implémentation efficiente à l'échelle nationales d'autant qu'il faudra régler les problèmes de l'instruction des populations cibles et des goulots d'étranglement.
    C'est bien d'y avoir pensé c'est mieux de le réaliser.

  • Claude Yonta
    Claude Yonta mercredi 14 novembre 2018 12:51 Comment Link

    Je valide cette proposition du DG de la CNPS qui est basée sur :

    - L'actualisation des besoins et ressources sur une période de 20-30 ans (forces et faiblesses) ;
    - Prise en compte de son environnement et des mentalités des assurés (diagnostic interne) ;
    - Implémentation progressive en tenant compte des acquis (exemple du réseau de la CNPS dans son fonctionnement actuel) ;
    - Éviter des chronophages et les mille feuilles administratives ;
    - Se concentrer sur le cœur du métier qui est l'assurance maladie universelle ;
    - Externaliser les évacuations sanitaires (la cible étant marginale).

    Je résume ainsi les proposition du DG de la CNPS. Mille fois merci pour cette contribution, nous attendons donc, la réaction de nos gouvernants.

    Bien cordialement.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.