Couverture santé universelle : Diagnostique au parlement

Un forum des parlementaires sur la couverture santé universelle a été organisé le 13 novembre 2018 au palais de l’Assemblée nationale à Yaoundé. Les élus du peuple entendaient s’imprégner des conditions de la mise en oeuvre réussie de cette offre révolutionnaire du système camerounais de santé publique.

Ce sont des réflexions de haut vol, suivies de débats plus ou moins âpres qui ont eu lieu mardi, 13 novembre 2018 au palais de verre de Ngoa-Ekelle, le siège de l’Assemblée nationale du Cameroun. Il s’y tenait un forum des parlementaires sur la couverture santé universelle promise par le chef de l’Etat aux populations du Cameroun. Sujet important, préoccupant, passionnant et d’actualité, les experts du domaine de la santé et autres partenaires ont répondu nombreux, présents à ce rendez-vous inédit.

csu4

Pour le compte du gouvernement, le ministre de la santé publique et son collègue du Travail et de la Sécurité sociale, parties prenantes à la réflexion, ont fait le déplacement de l’hémicycle, assistés du vice-premier ministre, ministre chargé des Relations avec le parlement, Amadou Ali. Présente également aux travaux, une forte délégation de la CNPS conduite par le directeur général, Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, intervenant sur deux thématiques : les enjeux et les défis d’abord et, ensuite, les scenarii de la mise en place de la couverture santé universelle au Cameroun.

Organisé sous la houlette de la Commission des affaires culturelles, sociales et familiales de l’Assemblée nationale, sous l’impulsion du président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril, ce forum visait non seulement à « informer et faire entendre les parlementaires sur l’évolution de ce processus », mais, ainsi que l’a souligné à l’ouverture des travaux, le premier vice-président de l’Assemblée nationale, à « susciter l’implication des uns et des autres, pour que nous franchissions sans heurt le nouveau cap tel qu’à terme, la couverture santé universelle soit une réalité dans notre pays ».

L’honorable Hilarion Etong a rappelé qu’il s’agit d’abord d’un engagement ferme du président Paul Biya. Celui de « permettre à tous les compatriotes d’avoir accès aux services de santé de qualité dont ils ont besoin ; d’être protégés contre les menaces, sans que cela n’entraîne pour eux des difficultés financières particulières ». Un engagement présidentiel qui remonte au 31 décembre 2011 et contenu dans le message du président de la République à la Nation. Engagement réitéré dans les mêmes circonstances en décembre 2017 et réaffirmé le 6 novembre 2018, à l’occasion de la prestation de serment.

csu1

C’est dire que la couverture santé est un maillon essentiel de la politique sociale du président Paul Biya. « Un impératif démocratique », selon le directeur général de la CNPS qui a rappelé les propos du discours inaugural du nouveau septennat du chef de l’Etat : «La finalité de la démocratie est d’apporter au plus grand nombre des conditions de vie aussi bonnes que possible et l’égalité des chances ». Et d’ajouter, citant le président Paul Biya, que « l’objectif de l’émergence doit être érigé en grande cause nationale qui mobilise l’ensemble de nos citoyens, afin de faire du Cameroun un pays moderne et socialement avancé ».

L’objectif est donc noble. La couverture santé universelle inéluctable. Sa mise en place doit être faite avec prudence et minutie, d’autant qu’elle doit en même temps, répondre aux attentes des populations et être à la dimension du projet de société proposé aux Camerounais par le président Paul Biya. C’est la raison pour laquelle le DG de la CNPS a insisté sur la nécessité de s’assurer que toutes les conditions idoines sont réunies pour la mise en place au Cameroun, de la couverture santé universelle et surtout, pour sa pérennisation.

 

Last modified onvendredi, 16 novembre 2018 07:39

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.