Sécurité sociale pour tous : place à l'action !

C’est en substance, l’invitation du DG de la CNPS du Cameroun, formulée devant ses pairsd’Afrique centrale, mercredi 12 novembre 2014 à Libreville au Gabon, à l’ouverture du premier séminaire technique du bureau de l’Association internationale de sécurité sociale pour l’Afrique centrale (Blaisac) du triennium 2014-2016.

« Au-delà des concepts et des discours politiques axés sur la lutte contre la pauvreté souvent relevés comme condition de croissance de nos pays, (…) l’extension de la sécurité sociale apparaît comme une nécessité impérieuse pour les organismes soucieux de se démarquer positivement, à travers des actions aussi judicieuses, audacieuses que proactives». C’est l’interpellation majeure qui transpire du discours de Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, le mercredi 12 novembre 2014, à Libreville au Gabon. Le directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale du Cameroun s’adressait ainsi à ses pairs, à l’ouverture du premier séminaire technique du bureau de l’Association internationale de sécurité sociale pour l’Afrique centrale (Blaisac) pour le compte du triennium 2014-2016, qu’abrite la capitale gabonaise.

Prononcés en présence du ministre gabonais de la Santé et de la Prévoyance sociale, ces propos apparaissent comme un prolongement du thème choisi pour ces assises : « L’extension de la sécurité sociale en Afrique centrale : défis et perspectives». En effet, dans un contexte où la protection sociale est considérée comme un droit fondamental des citoyens ; alors que près de 80 % de la population mondiale ne bénéficie pas d’un minimum de garanties sociales lui permettant de faire face aux risques de la vie ; et alors que plusieurs regroupements mondiaux ; des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) au G20, en passant par l’OIT, reconnaissent le droit à la sécurité sociale pour tous, notamment à travers la promotion du concept de socle de protection sociale (SPS), les pays d’Afrique centrale ne doivent pas être à la remorque de cette dynamique. L’extension de la sécurité sociale est devenue un défi majeur qu’il faut relever, parce que la protection sociale n’est plus envisagée sous un angle réducteur et dévoyé qui, jusqu’à un passé très récent, ne l’assimilait qu’à une dépense. Aujourd’hui, elle est plutôt considérée comme une manière de renforcer le capital social et humain. Le DG de la CNPS du Cameroun a tiré la sonnette d’alarme, au moment où certains ont tendance à oublier que la protection sociale pour tous est devenue un des éléments-clés des politiques de développement. « Ce défi nous interpelle d’autant plus qu’à l’heure de la mondialisation et de la rareté des ressources du fait des difficultés conjoncturelles liées notamment à la crise économique, les institutions de sécurité sociale sont confrontées à des défis consécutifs à l’accroissement démographique, aux avancées techniques et technologiques, rendant les assurés de plus en plus exigeants ».

Le message est donc clair. Pour Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame qui préside le comité directeur du Blaisac, les organismes de la sous-région doivent véritablement prendre le taureau de la sécurité sociale par les cornes, afin d’assurer une protection sociale à toutes les couches de la population. Car on ne le dira jamais assez : « Il n’y a pas de paix durable sans justice sociale, pas de justice sociale sans sécurité sociale». C’est pour la troisième fois consécutive, en l’espace de trois ans, que le Gabon accueille un séminaire technique du Blaisac. Les travaux se poursuivent jusqu'au 13 novembre, avec l’objectif de trouver des pistes devant aboutir, sur la base des présentations pratiques, à des propositions concrètes et pertinents devant non seulement contribuer à l’avènement de la sécurité sociale pour tous, mais aussi, à la viabilisation et à la pérennisation des institutions de sécurité sociale d’Afrique centrale.

Last modified onmercredi, 22 août 2018 11:26

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.