ANDJONGO Carla Paule

ANDJONGO Carla Paule

Website URL:

Qualité de service: Les pensionnés satisfaits et contents

Après la cérémonie de lancement officiel du partenariat CNPS-SOACAM le 23 octobre dernier, certains pensionnés ont tenu à adresser leurs remerciements et encouragements au Directeur Général de la CNPS pour l’amélioration de leurs conditions de vie ce mercredi 04 novembre 2020.

qualit2

 

Quelques pensionnés de la CNPS ont remercié M. Noel Alain Olivier MEKULU MVONDO AKAME par le biais d’une lettre de félicitations pour l’effort qu’il ne cesse d’aménager pour l’amélioration de leurs conditions de vie. « Très sincèrement nous venons via ce petit mot vous adresser nos vives félicitations et tous nos encouragements pour tous les efforts déployés pour améliorer la situation des pensionnés au Cameroun.Toutes deux pensionnées survivants, conjoint et ascendant, nous sommes émerveillées par toutes les mesures d'accueil et facilitations d'identification. Tout ceci après les paiements par virement, les dates de virements rapprochées, le partenariat avec la clinique Panafrica pour les soins à prix réduits, et maintenant le partenariat avec SOACAM qui permet de s'approvisionner en produits de première nécessité à moindre coût avec paiements échelonnés. Nous vous disons bravo Monsieur le Directeur Général. Un seul mot  ‘’continuez’’ !» déclare Alliance Tchoumtang travailleur à la retraite.

qualit3

Le top management de la CNPS l’avait clairement indiqué au cours de la cérémonie de lancement du partenariat CNPS-SOACAM « Nous comptons accompagner nos pensionnés tous les jours de la vie pas seulement pour percevoir leurs pensions mais également faciliter leur condition de vie notamment accéder aux produits de première nécessité qui parait difficile à acheter lorsqu’on a des revenus modestes.» déclarait Noel Alain Olivier MEKULU MVONDO AKAME.

Ces actions rentrent  dans la vision du Directeur Général de la CNPS, celle d’accompagner les pensionnés dans leurs vieux jours.  C’est donc un pas de plus vers l’instauration d’une paix sociale durable que réalise la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale du Cameroun.

 

 

Recouvrement des cotisations sociales : l’accompagnement des parlementaires sollicité

Sur haute instruction de monsieur le Directeur Général, une séance de travail s’est tenue entre des responsables de la direction régionale du Littoral et du Sud-ouest (DRLSO) de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) et le Réseau parlementaire pour la promotion des assurances (REPPAS), le mercredi 28 octobre 2020, à Douala.

C’est dans un ton à la fois convivial et sérieux, que s’est déroulé l’échange entre le président du REPPAS, l’honorable Benilde Djeumeni, à la tête d’une délégation forte de neuf parlementaires dont sept députés et un sénateur, et le directeur régional du littoral et du sud-ouest de la CNPS, Jean-Paul Biboum, qu’accompagnaient entre autres, les chefs de centres de prévoyance sociale de Douala-Bonanjo, Akwa et du Secteur informel de Douala.

REPAS2

Dès le début des travaux, les parlementaires ont tenu à féliciter la CNPS ; l’honorable Koupit Adamou, SG du REPPAS, s’est ainsi dit « très impressionné par le management et la qualité de service », l’honorable Marlyse Soppo Toute a salué « la mise en œuvre immédiate par la CNPS de l’instruction du président de la République relative au relèvement au taux de 20% des anciennes pensions », tandis que le Sénateur Patience Minyem voit carrément « une entreprise qui a soif d’améliorer et d’innover pour le bien-être des populations», notamment.

En retour, Jean Paul Biboum s’est dit « heureux de savoir que les parlementaires connaissent et reconnaissent les efforts consentis au quotidien par la CNPS, pour améliorer la qualité de service, malgré les difficultés persistantes en ce qui concerne le recouvrement des cotisations sociales, principale source de financement du système de sécurité sociale », au nom du directeur général.

Mais, le constat est patent : il est difficile pour la CNPS de payer les prestations, sans cotisations. L’accompagnement du REPPAS est donc sollicité dans la sensibilisation et l’amélioration de la législation en vigueur, afin d’accéder à la mise sur pied d’une culture de sécurité sociale, pour déjouer les multiples subterfuges dont usent et abusent une kyrielle d’employeurs inciviques tout en éclairant davantage la lanterne des populations.

REPAS3

En effet, la CNPS est prête. Elle a d’ores et déjà multiplié sa présence à travers le territoire, amélioré sa politique de gestion axée sur les résultats (avec un matelas financier de 300 milliards de réserves et 500 milliards de FCFA d’investissements pour l’avenir, ndlr), réduit le nombre de pièces à fournir pour bénéficier des prestations sociales, favorisé la digitalisation des services, facilité le paiement des dettes aux employeurs entre autres, pour le meilleur de notre sécurité sociale.

Au vu des nombreux applaudissements ayant suivi la présentation des difficultés et des attentes, l’appel de la CNPS semble être tombé dans les oreilles appropriées. Après environ une heure d’échanges, le président du REPPAS, l’honorable Benilde Djeumeni, a promis que « les séances de travail vont se multiplier, pour trouver des solutions adéquates aux problèmes posés » et de s’activer pour la meilleure collaboration possible.

Maintien des droits à la CNPS: Identification des pensionnés

Les bénéficiaires des pensions se rendent depuis le jeudi, 1er octobre 2020, dans les espaces aménagés de la CNPS à travers le territoire, pour assurer le maintien de leurs droits.

A la CNPS du Cameroun, la période de contrôle d’identification physique et dépôt des pièces périodiques est fixée entre le 1er octobre et le 31 décembre de chaque année. Il s’en suit que les droits des bénéficiaires ne s’étant pas présentés, devront être suspendu des paiements de l’année suivante, dès le mois de janvier.

Un tour dans les centres de prévoyance sociale (Cps) de la CNPS, à travers le pays, permet de confirmer que la campagne se déroule normalement depuis le 1er octobre 2020.

Identification2

A la Direction Régionale du Littoral et du Sud-Ouest par exemple, Jean Paul Biboum est serein. «De manière anticipée, les instructions ont été données aux chefs de structures, pour la réception la plus digne possible de nos clients retraités, dans le strict respect des mesures barrières contre la Covid19 », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « Le soin est pris pour que, pendant leur présence, de cinq minutes en moyenne sur le site, les pensionnés soient également sensibilisés sur les avantages à eux offerts par la haute hiérarchie visant l'amélioration des conditions de vie ; à savoir : la prise en charge de 50% de leur frais médicaux dans les formations hospitalières conventionnées, à l’instar de GSA pour la ville de Douala, qui a prévu une ambulance pour assurer une intervention immédiate, en cas de nécessité ». Effectivement, on peut constater que les espaces d’accueil ont été élégamment matérialisés pour faciliter l’orientation des pensionnés, du lavage des mains à l’enregistrement et l’installation, jusqu’au dépôt des pièces périodiques et l’identification biométrique. Bien entendu, le port du masque est obligatoire.

Au Cps de Bafoussam, les pensionnés sont bien installés dans le hall et reçus avec diligence par l'équipe du Bureau Total, qui s’assure de la régularité et de la conformité des pièces. Il convient de préciser qu’en ce qui concerne les attributaires dans les branches des pensions de vieillesse, d'invalidité et de décès (PVID) et des risques professionnels (RP), la réception de ces pièces périodiques est subordonnée au contrôle d’identification physique. Ce qui permet de s’assurer que l’attributaire est bel et bien en vie pour « l’avoir vu de visu ». L’activité se déroule sous la supervision des chefs de centre, puisque le directeur général de la CNPS tient à plus de rigueur dans le contrôle des pièces périodiques fournies par les bénéficiaires des prestations sociales servies par l’organisme.

Il apparait clairement que les structures de la DRLSO et de la CNPS en général, travaillent pour mener à bien cette campagne d’identification physique et de dépôt des pièces périodiques des pensionnés

Rappelons que la fraude sociale est une véritable gangrène qui nuit gravement à la santé financière des organismes de sécurité sociale. Elle se caractérise généralement par la falsification et la substitution des documents, la substitution des bénéficiaires et la modification des informations (date de naissance, date de décès…). Il est donc question d’éviter le paiement par la CNPS des droits non dus, soit à des bénéficiaires décédés dont les comptes bancaires sont encore actifs, soit à des bénéficiaires qui ont cessé de réunir les conditions de maintien des droits.

 

Atelier de concertation sur le recouvrement des cotisations sociales

"Le fait de ne pas payer les cotisations sociales entraîne la non prise en charge d’un grand nombre d’assurés sociaux"

La  Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) a organisé le 17 septembre 2020, une concertation sur le recouvrement des cotisations sociales, en présence des partenaires sociaux dont les organisations d’employeurs, de travailleurs, les entreprises et la société civile.

La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale a organisé le 17 septembre dernier à Douala, un atelier sur le recouvrement des cotisations sociales, en vue de construire une plateforme de collaboration avec ses clients; de poursuivre la sensibilisation sur les e-services proposés par la CNPS pour limiter les contacts humains et simplifier les procédures ; d'améliorer la compréhension des concepts clés en matière de recouvrement et de prestations sociales ; d'identifier les principaux facteurs qui favorisent l’erreur, l’évasion sociale et la fraude; et surtout de consolider la confiance entre les différents acteurs. Ce séminaire s'est déroulé sous forme de présentations thématiques et d’échanges. Il était constitué d'une communication introductive et des communications libres sur l’objectif central.

Au cours de sa communication introductive, le Directeur Général de la CNPS, a fait un état des lieux de la dette sociale des employeurs. Selon Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, Directeur Général de la CNPS, qui a ouvert ces assises, "Le fait de ne pas payer les cotisations sociales entraîne la non prise en charge d’un grand nombre d’assurés sociaux, des travailleurs, notamment dans les prestations sociales que nous servons. Nous avons quasiment 16000 assurés sociaux que nous ne pouvons pas prendre en charge du fait que leurs employeurs sont lourdement endettés  auprès de la CNPS ".  Et d'ajouter " Aujourd’hui, la situation s’est tellement dégradée  que seulement le quart d’entreprises sont en règle. 7000 sur 30000  entreprises sont en règle... Nous pouvons noter que 81% des entreprises d’au moins de 6 salariés sont endettées. 15% des entreprises de 6 à 20 salariés sont endettées, 3,2%  des entreprises de 21 à 100 sont endettées, 0,2%  de dettes pour des entreprises de plus de 100 salariés.'Par ailleurs, il a rappelé que l’absence de contrôle ou la suspension ou encore l’annulation serait assimilable à une espèce de politique de l’Autriche, parce que cela n’efface pas la dette. Au contraire, ça pourrait plutôt aggraver la situation. En effet, plus on la reporte, plus on l’accumule, plus cela cause des problèmes de trésorerie aux entreprises.

Le déroulement des travaux a permis de s'appesantir sur le recouvrement de créances arriérées et sur la prévention des nouvelles dettes. Les exposés présentés à cette occasion par le GICAM, l'ECAM, et la CSTC (Centrale syndicale des travailleurs du Cameroun), suivis des discussions menées en atelier, ont permis à tous les participants d'avoir la même compréhension de la non prise en charge des assurés sociaux rattachés aux employeurs débiteurs. Comme l'a affirmé Daniel Claude Abate, président du MECAM, "c’est une initiative que nous, au niveau du Mecam avons beaucoup apprécié, parce qu’il est de bon ton que les partenaires sociaux se rencontrent et discutent quelques soient les occasions. Je pense que la CNPS, dont l’importance du rôle et des missions ne sont plus à démonter dans ce qui est de l’assurance sociale dans notre pays, a eu cette heureuse initiative d’organiser cette concertation et donc nous nous en félicitons".

Au terme des échanges fructueux, les participants ont formulé des recommandations, afin d'assurer la prévention de nouvelles dettes liées aux cotisations sociales.



Subscribe to this RSS feed