Interview/Noël Alain Olivier MEKULU MVONDO AKAME

« Nous allons passer des conventions avec les hôpitaux »

Dans un entretien accordé à Cameroon Tribune, le top-manager revient sur le fonctionnement d’un mécanisme en cours d’expérimentation à la CNPS depuis 10 ans et qui va s’étendre à d’autres formations hospitalières.

Monsieur le Directeur général, la CNPS s’engage à prendre en charge 50% des dépenses de santé des pensionnés. Comment fonctionnera concrètement ce mécanisme ?

Ce n’est pas un mécanisme totalement nouveau. Nous l’expérimentons déjà depuis 2009 pour un certain nombre de pensionnés. Aujourd’hui, nous l’étendons à l’ensemble des pensionnés sur l’ensemble du territoire national, parce que jusqu’alors nous appliquions ce principe aux pensionnés qui venaient à nos formations hospitalières à Yaoundé, Garoua et Maroua. Vous comprenez que ça ne couvrait qu’une partie seulement de nos pensionnaires. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé et obtenu du conseil d’administration de l’étendre à tout le monde sur tout le territoire national. Donc nous allons, pour les autres formations sanitaires, passer des conventions aussi bien avec les hôpitaux publics que privés qui répondront aux normes, notamment dans les départements et les arrondissements. Première chose, nous allons déterminer la consistance des prestations. Il s’agit des frais de consultation, d’hospitalisation, d’examens, de soins divers. Et éventuellement s’il y a lieu, on va déterminer les plafonds. Mais s’il n’y a pas de plafonds, on verra en fonction de l’évolution des choses. Nous allons passer des conventions avec ces établissements et nous arrêterons une procédure de contrôle pour qu’il n’y ait pas d’abus non plus, parce que souvent l’on est porté à abuser chaque fois que l’on bénéficie de quelque chose. Il y aura donc une procédure de contrôle tant de la part de nos services déconcentrés que des services centraux qui iront regarder si cela se passe normalement.

Votre institution gère le paiement des pensions des retraités. Si on y ajoute ce nouvel engagement, pourrez-vous soutenir à long terme cette dépense ?

Oui bien sûr, vous vous doutez bien que nous avons procédé à une étude avant de nous engager dans quelque chose d’aussi ambitieux. Cela veut dire que nous en avons les moyens. Nous pouvons faire face à ces dépenses sur un horizon raisonnable en attendant la mise en place de la Couverture santé universelle qui est en étude. Nous sommes suffisamment solides pour faire face.

Le Cameroun cherche encore sa voie relativement à la Couverture santé universelle que vous évoquez. Quel peut être l’apport de l’expérience de la CNPS dans le processus ?

C’est en effet une forme d’expérimentation qui peut aider à la généralisation de la Couverture santé universelle, que ce soit dans le cadre d’un établissement spécialisé, c’est-à-dire la caisse d’assurance maladie ; ou si les pouvoirs publics veulent confier le dossier, à tout le moins dans un premier temps, à la CNPS. Ce sera une expérimentation utile pour l’avenir. C’est quelque chose qu’il faut prendre en termes processuels très positivement parce que ça va nous servir à collecter des informations tant sur la manière dont les bénéficiaires se comportent que sur les coûts, la manière de contrôler. Je crois que ce sera une expérience très riche en tous points de vue.

 

Last modified onmercredi, 10 avril 2019 08:47

1 comment

  • Akame Blandine Mboulle
    Akame Blandine Mboulle mardi 7 mai 2019 10:28 Comment Link

    Please how can I meet this PDG. He has my name. I need a job.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.