Parité homme-femme en entreprise : la CNPS respecte la norme

Alors que la résolution 1990/15 du Conseil économique et social des Nations unies appelle les organisations professionnelles notamment à adopter une représentation minimale de 30% de femmes dans leurs instances dirigeantes, et d'atteindre éventuellement la parité, la CNPS a dépassé ce quota depuis 2015. Zoom sur la question genre de 2008 à 2018 dans l’organisme.

Cela n’a pas été un long fleuve tranquille, mais les résultats sont là. Depuis dix ans, le top-management de la CNPS n’a cessé de booster l’équité professionnelle en donnant la possibilité à ses personnels des deux sexes, de contribuer à sa modernisation, par un accès aux conditions identiques à ses instances dirigeantes. L’excellence et le mérite priment. Ici, la valeur humaine, le bien le plus précieux dont une organisation puisse disposer, est entretenue, développée, motivée et fidélisée en permanence. D’où les résultats significatifs enregistrés, qui continuent de hisser la CNPS dans les standards internationaux.

dg speech ob

Parti d’un effectif de 1776 femmes pour 2 249 hommes en 2008, l’organisme compte en cette fin d’année 2018, 1 238 femmes pour 1454 hommes, soit 45% en moyenne des personnels de la CNPS. Concernant l’accès aux postes de responsabilité, la progression des femmes a pris son envol en 2011. Sur un effectif de 1564 femmes, soit 44,57% de l’effectif général, 488 (soit 40,43% des responsables au total) ont été nommées, dont 12 à des postes de direction (22,22%) cette année-là. En 2012, elles étaient 39,44% aux commandes des Directions et Centres de prévoyance sociale (Cps) ; 38,75% en 2013 (dont 28,57% de Directeurs, 38,09% de chefs de Cps et 50% de Chargées de mission); 39,25% en 2014 (dont 29,82% de directeurs et chefs de Cps) ; avant d’atteindre les 40,15% en 2015 et 40,28% en 2016. Il se dégage néanmoins une légère baisse, consécutive à la réduction des effectifs, en 2017 avec 39,89% de dames responsables, dont 25,86% aux postes de direction et Cps, et en 2018, avec 38,82% de femmes responsables au total, dont 27,59% aux postes de direction et Cps.

 

 

Une évolution constante qui traduit hautement la volonté et la sensibilité de Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame aux questions du genre. Le DG, c'est connu, a toujours favorisé la participation inclusive des femmes, non pas parce qu'elles sont des femmes, mais bien par leurs compétence et capacité à manager. Modérant le sous-thème : « Femmes, formation et information», lors d’une conférence sur le leadership de la femme, pendant la journée internationale à elle dédiée, en 2016, il avait invité la femme d’aujourd’hui à adapter sa nature et ses comportements aux réalités actuelles. « Naguère, la société était non démocratique. L’homme pouvait décider et la femme l’accompagner. Aujourd’hui, le contexte est propice aux exigences de l’environnement », avait-il rappelé. L’activité avait été organisée, dans la mouvance du « PrixTrade Union Women’s Awards » décerné en 2013 au top-management de la CNPS, pour la promotion du genre, par la Confédération camerounaise du travail (CCT).

Le problème de la parité homme-femme ne se pose véritablement plus à la CNPS, qui reste une entreprise soucieuse de la mise en œuvre des bonnes pratiques. Le leadership de la femme est une réalité. Elle est donc apte à s’adapter à toutes les contraintes sociétales actuelles. Cependant, il reste difficile de chercher à instaurer l’égalité au travail, sans qu’elle ne soit effective dans la société africaine en général, et, au sein de la famille en particulier…

Last modified onjeudi, 03 janvier 2019 10:03

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.