×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 520

Cinquantenaire de la CNPS : l'hôpital de la caisse déjà dans la célébration

Le Centre hospitalier d’Essos a décidé de démocratiser les prix de ses services pour la période allant du 15 novembre au 15 décembre 2017.

Le ton a été donné lors de la journée mondiale du diabète qui se célèbre le 14 novembre de chaque année. Le CHE a organisé dans ses installations, des séances de dépistage gratuit du diabète et de l’hypertension artérielle. Deux pathologies souvent liées et considérées par des spécialistes comme des tueurs silencieux. Elles entraînent également de graves complications telles que les AVC, l’insuffisance rénale, l’amputation des membres, les infarctus...

Des consultations de diabétologie ont donc été offertes aux patients connus diabétiques, ainsi que des conseils médicaux et diététiques pour la prévention de ces maladies, à l’endroit des visiteurs.

Une mise en bouche qui a mobilisé plusieurs patients ; lesquels ont pu constater qu’il ne s’agissait pas seulement de la célébration de la journée mondiale du diabète, mais aussi du lancement d’une vaste campagne de santé qui se poursuivra pendant un mois, du 15 novembre au 15 décembre 2017. Une activité à travers laquelle, le CHE entend marquer d’une pierre blanche, la célébration du cinquantenaire de la CNPS.

Inauguré le 19 avril 1978, l’hôpital situé en plein cœur du quartier Essos, entre le carrefour « Avenue Germaine » et la station services « Total Fouda », n’était qu’un centre médico-social (CMS), initialement dédié à la mère et à l’enfant. Au fil des années, le CMS s’est modernisé et est devenu le 28 mai 1991, « Centre hospitalier d’Essos ». Un nouveau complexe construit à proximité de l’ancien toujours fonctionnel, a ouvert ses portes en 1994, avec un plateau technique complètement rénové en 2010, par l’acquisition des équipements de pointe. Un peu comme les autres formations sanitaires de sa dimension, les services du CHE s’étendent à plusieurs spécialités telles que la médecine interne, diététique et explorations fonctionnelles ; la chirurgie générale et laparoscopique ; l’ophtalmologie, oto-rhino-laryngologie et stomatologie. Cependant, l’hôpital de la Caisse, comme on l’appelle communément, fait figure de pionnier dans plusieurs autres spécialités. Il s’agit : de la chirurgie digestive par voie laparocospique (à ventre fermé) ; la chirurgie cancérologique par voie laparoscopique ; la résection endoscopique de la prostate, la chirurgie des yeux au laser à globe fermé ; l’extraction de corps étrangers laryngo-trachéo-bronchique (pièces de monnaie, perles et autres objets avalés accidentellement)…

Si le CHE est aussi performant dans ces spécialités pointues qui, en plus, exige l’acquisition d’un équipement technique de dernière génération, c’est bien parce qu’il a su profiter de partenariats public-privé (PPP) mis en place par le gouvernement et encadrés par le Conseil d’appui à la réalisation des contrats de partenariat (CARPA). Ce sont ces partenariats qui ont permis à, l’hôpital de la Caisse d’acquérir à faibles coûts, des équipements de dernière technologie. L’ambition du directeur général de la CNPS pour l’hôpital de la Caisse est connue. Tous les services à très hautes valeurs doivent développés et leurs équipements acquis au plus tard en 2018. Car, le CHE doit devenir un hôpital de très grande référence. « Nous allons acquérir les équipements et lorsqu’on aura besoin de nous, nous serons présents en termes d’expertise et en termes d’équipements », avait annoncé il y a peu, Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame au cours d’une réunion avec le personnel de l’hôpital.

Aujourd’hui, sous l’impulsion du top management de la CNPS, le CHE se positionne comme une référence sur la carte sanitaire du Cameroun et de la sous-région Afrique Centrale. La campagne de santé lancée à la faveur de la célébration du cinquantenaire de la CNPS n’est rien d’autre qu’un privilège offert aux patients habitués ou non, pour leur permettre d’avoir accès à des soins de qualités à des coûts réduits dans une formation sanitaire ultramoderne. A titre d’exemples, des tarifs exceptionnels sont pratiqués pour les bilans de santé comprenant l’électrophorèse d’hémoglobine, le groupe sanguin, la glycémie à jeun, le dépistage VIH, l’hépatite B et C à 15.000 FCFA au lieu de 24.800 FCFA. Quant aux consultations ophtalmologiques, elles passent de 15.000 FCFA à 7.500 FCFA, cependant que les examens radiologiques et l’imagerie médicale baissent de moitié prix, alors que consultations dentaires et cardiologiques sont tout simplement gratuites.

Last modified onmercredi, 29 août 2018 13:45

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.